Le meilleur des mondes, Aldous Huxley

HellO ! J’espère que ça va vous ! Ici, ça va… Tout va bien dans le meilleur des mondes tiens ! lol

dsc_0221.jpg

Zoom sur le livre :

Titre : Le Meilleur des mondes
Auteur : Aldous Huxley
Edition : Plon -Pocket
Nombre de pages : 319

Le meilleur des mondes d’Aldoux Huxley ou LA référence dans le domaine de la contre-utopie… Et vous savez que j’aime ça !

Un classique qu’il me fallait lire et l’occasion s’est présentée lors d’une lecture commune avec mon poto Julien dont voici le blog : _________________ (Ha beh non c’est vrai, j’attends toujours qu’il ouvre son blog haha). On avait envie de se lancer dans un classique et entre Zola, Camus et autre Shakespeare, c’est ce bon vieux Aldous qui a remporté la palme !

Dans sa Préface, Aldous nous précise que son oeuvre a été rédigée assez rapidement (4 mois seulement), sans retouche et j’aime assez. Il a voulu une oeuvre sans fioriture, sa vocation n’était pas d’être parfaite et ça colle plutôt bien avec le thème !

Mon résumé et mon avis:

♥ ♥ ♥ ♥ ♥

J’aurai bien mis un « 4 coeurs et demi » pour ce livre mais je peux pas… donc… je valide le coup de coeur !
Une oeuvre intemporelle puisque vieille de près d’un siècle, elle n’a pas pris une ride ! Aldoux Huxley y dresse le tableau d’une société moderne dans laquelle tout est hiérarchisé, les hommes sont rangés dans des cases et conditionnés dès leur création pour y rester (j’emploie ici volontairement le terme de création et non naissance puisqu’ils ne sont que le résultat de manipulations génétiques). Alpha, Beta, Gamma, Delta, Epsilon à chaque caste ses particularités, sa fonction dans la société. S’ils en dévient, le Soma, une drogue, les ramène à la « réalité ».
On va suivre particulièrement Lenina, Bernard et John, alias « le Sauvage », des personnages charismatiques qui peuvent tour à tour se rendre attachants et particulièrement agaçants. Lenina parfait petit produit de la société, Bernard révolutionnaire, qui se questionne beaucoup mais qui semble trop faible pour agir et se retrouve pris dans la spirale de la société et le Sauvage, le plus humain de tous sans doute… Un point commun les unis : ils sont tout trois victimes du système.

Les codes de la société que l’on connaît sont bouleversés : le mot « mère » devient presque une insulte, tout comme la famille, les émotions, l’amour… La mort est banalisée : la vie n’est rien, la société est tout. Chacun est forcé à agir dans le seul intérêt de la société et s’y complait. Au final, quand on observe tout ce petit monde, une question revient : « A quoi bon ? »

Pour résumer et avec un peu de recul, j’ai beaucoup apprécié cette lecture, tant sur le fond (les thématiques de contre-utopie, le rôle de la femme, le rapport vie/mort…) que sur la forme (les comparaisons homme/animal, les clins d’œil liés aux noms des personnages et aux clichés de société totalitaire…).

Les citations :

P. 210 :

L’amour est comme du soma.

Et non l’inverse…

P. 264 :

Je vous imposerai la liberté que vous le vouliez ou non !

Cette phrase est lourde de sens…

P. 207 :

Le conditionnement pour la mort commence à dix-huit mois. Chaque marmot, passe deux matinées par semaine dans un Hôpital pour Mourants. On y trouve tous les jouets les plus perfectionnés, et on leur donne de la crème au chocolat les jours de décès. Ils apprennent à considérer la mort comme une chose allant de soi.

Ce passage donne bien le ton de l’histoire… Si il vous plaît, foncez !

Publicités

7 réflexions sur “Le meilleur des mondes, Aldous Huxley

  1. Enfiiin il était temps ! haha, bon pour remettre les choses dans le bon contexte, c’est moi qui ai eu l’idée de ce livre heiiin, Madame voulait lire du théâtre…Oui oui, se passer de Aldoux pour lire du théâtre. (D’ailleurs je vous met notre discussion en intégralité dans mon blog, dont vous trouverez l’adresse sur cet article très bien écrit, et qui résume très bien ce livre qui m’aura vraiment bien captivé du début à la fin.) =p =p #droitderéponse.
    Le meilleur conseil que je peux donner concernant le livre en lui même : ne vous laissez pas déconcentrer par le mélange de style dans l’écriture,(la rapidité qu’il aura mis pour écrire le bouquin explique un peu ça…) continuez jusqu’a la fin ! ce livre fait réfléchir.
    Je le classe malgré ses imperfections dans mon top 5.
    Ps : désolé des coquilles et du texte qui n’avance à pas grand chose, mais bon, je suis au boulot =D

    J'aime

    1. HopHopHop ! Je t’arrête tout de suite l’Ami ! C’est moi qui ai eu l’idée, tu m’as demandé de quoi ca parlait stp ! Haha ! Du théâtre why not hein ! D’ailleurs j’attends tes propositions pour notre future lecture commune :p
      La bise !

      J'aime

  2. Un classique sur lequel il m’est arrivé de tomber plusieurs fois en biblio mais sans jamais avoir le courage de l’acheter ! Il faut bien que je prenne mon courage à deux mains, surtout après avoir lu une chronique comme la tienne !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s