Dôme ** de Stephen King

HeyHeyHey ! Mais qui va là ? Ouiii, c’est bien moi ! Une absence de quelques mois justifiée par un déménagement et non des moindres puisque celui-ci nous a mené d’un bout à l’autre de la France ! Et nous voici marseillais !

J’espère ne pas trop t’avoir manqué et reviens donc avec une nouvelle lecture !

P_20180619_181810_1.jpg

 

Zoom sur le livre :

Titre : Dôme – Tome 2
Auteur : Stephen King
Edition : Albin Michel (ici, lu sur liseuse)
Nombre de pages : 576

Mon avis : 

♥ ♥ ♥ ♡ ♡

Si tu n’as pas lu ma chronique sur le tome 1, je te renvois ici ! Tu remarqueras que je n’ai finalement pas attendu si longtemps que ça avant de succomber à la suite et fin de cette histoire rocambolesque.

On retrouve dans ce nouveau tome nos personnages préférés, fidèle à eux-même : Barbie, le modeste héros ancien militaire (j’ai quand même eu du mal à assimiler que Barbie était en réalité un mâle extrêmement virile… I’m a barbie giiiirl… lalalalala), le politicien assoiffé de pouvoir, la journaliste téméraire, quelques ados curieux…  et un sacré paquet de jeunes (et moins jeunes) écervelés ^^ Et on en est ravi ! Ils m’avaient presque manqué ! Des personnalités bien marquées, charismatiques, une psychologie bien développée et on a ainsi vraiment l’impression de vivre nous aussi sous le Dôme, de vivre sous le même rythme.
En parlant de rythme d’ailleurs, je trouve que le tempo donné à cette histoire est assez habile dans le sens où elle se déroule sur une très courte durée mais on a l’impression que les personnages sont pris dans un tel tourbillon, qu’il se passe énormément de choses et notre vision de la temporalité en est perturbée. A la lecture, j’ai eu l’impression que le Dôme enfermait un vent de folie qui contaminait une grande partie de la population tant les comportements sont rapidement devenus étranges et démesurés. Un gros pavé qui au final donc, se lit très vite.

« Linda avait déjà l’impression que cela faisait des années qu’ils étaient cloîtrés dessous, et non pas quelques jours. »

J’ai passé un excellent moment de lecture, je ne m’attendais pas aux événements qui vont se dérouler et surtout pas à la fin qui, il faut bien le dire, me laisse sur ma faim (haha). Elle laisse vraiment un goût d’inachevé dans la bouche. Comme d’habitude, je suis hyper frustrée de ne pouvoir trop en dire pour évite de spoiler mes lecteurs qui n’auraient pas fini… Alors oui, on adore le fait que cette mise en scène permette de dévoiler les comportements humains en situation de crise (mais aussi permette de garder à l’esprit que déjà bien avant que la situation ne devienne critique, des perfidies existaient au sein de Chester’s Mill) mais je trouve que King est parti loin… loin…. loin…. trop loin… Du surnaturel j’en attendais forcément mais avec paradoxalement tout de même un minimum de logique… Du surnaturel, il y en a au final très peu et dont la logique m’échappe ! Ce qui explique ma note plutôt mitigée…

Enfin, il est aisé et plaisant d’établir un parallèle entre la volonté de prise de pouvoir de Big Jim Rennie (pouvoir qu’il exerçait déjà en réalité avant l’arrivée du Dôme assez habilement, faisant pression sur le 1er élu de la ville pour le mener par le bout du nez) et la montée au pouvoir des puissances nazies (ou autres régimes totalitaires) : lavage de cerveaux, élimination des éléments perturbateurs, restrictions, censure, bunker hitlérien…

« Un peu plus tôt ce matin-là, ceux qui portaient le brassard bleu de « solidarité » constituaient peut-être quinze pour cent de la population ; au crépuscule de ce même jour, ils seront deux fois plus nombreux. Et quand le soleil descendra, le lendemain, plus de cinquante pour cent »

 

Tu l’as lu ? Dis moi tout !

P_20180619_181810_1.jpg

Publicités

3 réflexions sur “Dôme ** de Stephen King

  1. Plus sérieusement, tu as tout bien résumé :

    Ce double livre est en fait un condensé des plus grandes qualités du King (La psychologie des personnages, leurs « textures » et tout, on a l’impression de les connaîtres, de s’identifier à eux, les rebondissements, les frissons…)
    Et aussi SON plus grand défaut (que l’on retrouve malheureusement dans plusieurs de ses oeuvres : cette sensation qu’il fallait finir le livre d’une manière ou d’une autre. Bon après tout, un dôme invisible arrive de je ne sais ou, et…Cette conclusion tirée de…Je ne sais ou, finalement c’est logique =D

    Je te trouve quand même sévère sur ta notation : un demi coeur en plus n’aurait pas été de trop haha

    J'aime

    1. Oui c’est exactement ça : « bon les gars je sais pas comment conclure cette oeuvre, allez hop, démerdez vous avec ça » XD
      Le demi-cœur ca me fait chier ! Y’a pas de demi-mesure d’abord, cœur plein ou cœur vide !
      =D

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s